Justice pour Jamal Khashoggi: Les défenseurs de la liberté de la presse appellent Trump à tenir tête à l'Arabie saoudite

De Zee.Wiki (FR)
Aller à : navigation, rechercher

Justice pour Jamal Khashoggi: Les défenseurs de la liberté de la presse appellent Trump à tenir tête à l'Arabie saoudite[modifier]

Jamal Khashoggi, directeur général de Alarab TV, est présent lors d'une conférence de presse à Manama, la capitale bahreïnite, le 15 décembre 2014. Le diffuseur satellite panarabe appartenant au milliardaire saoudien Alwaleed bin Talal sera diffusé le 1er février promettant de
  • Jamal Khashoggi a été assassiné il y a plus de quatre mois, mais sa mémoire est encore très vivante chez les défenseurs de la liberté de la presse.
  • Jeudi, des représentants du Comité pour la protection des journalistes, de Human Rights Watch et d'autres groupes se sont réunis près de la Maison Blanche pour attirer l'attention sur une échéance imminente liée à l'affaire Khashoggi.
  • Les sénateurs ont déclenché la loi Magnitski en octobre, une semaine après que le meurtre et le démembrement de Khashoggi par des agents saoudiens aient déclenché un scandale mondial.
  • Le vendredi est la date limite pour la Maison Blanche à réagir.
  • La loi sert à promouvoir les droits de l'homme. Le président doit déterminer si une personne étrangère, en l'occurrence le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman, est responsable d'une violation flagrante des droits de l'homme "à l'encontre d'un individu qui exerce la liberté d'expression".
Un éditeur du Washington Post annonce une annonce saoudienne sur Khashoggi
  • La CIA a conclu que bin Salman avait ordonné l'assassinat de Khashoggi, mais le président Trump et certains de ses alliés ont mis en doute l'évaluation des services de renseignements. Trump a souligné l’importance de l’alliance américano-saoudienne, souvent en exagérant les avantages financiers des investissements saoudiens.
  • La loi Magnitski donne quatre mois au président pour répondre à une lettre du Sénat.
  • "Nous demandons que votre décision précise si le prince héritier Mohamed bin Salman est responsable du meurtre de M. Khashoggi. Nous espérons recevoir votre décision dans les 120 jours suivant notre demande initiale", ont écrit les sénateurs Bob Corker et Bob Menendez dans une lettre adressée au Président daté du 20 novembre 2018. La demande initiale a été envoyée au président le 10 octobre.
  • Alors que la date butoir de vendredi approche à grands pas, une source familière avec les plans de l'administration indique à Michelle Kosinski de CNN que l'administration devrait "doubler sa défense de MbS. Ils pensent que la pression s'atténue".
  • La source a indiqué que la Maison Blanche s'attendrait à ce qu'il n'y ait pas de pistolet fumant.
  • Certains législateurs et défenseurs de la liberté de la presse craignent que la Maison-Blanche ne s'éloigne de la date butoir de vendredi. C'est l'une des raisons pour lesquelles ils se sont réunis à Lafayette Park en face de la Maison Blanche jeudi matin.
  • Thomas O. Melia, directeur à Washington de PEN America, a déclaré que la "campagne pour la justice pour Jamal" concernait un large éventail d'écrivains, de journalistes et d'autres personnes attachées à la liberté d'expression.
  • "Le message le plus effrayant envoyé par l'assassinat de Jamal Khashoggi est que personne n'est à l'abri de la brutalité de l'Arabie Saoudite", a déclaré Courtney Radsch du Comité pour la protection des journalistes. "Mais cela n'est pas forcément vrai. Une réponse ferme du gouvernement américain, du président Trump lui-même et d'autres gouvernements enverrait un message aux autorités saoudiennes indiquant que des actes tels que le meurtre de Jamal Khashoggi ne seront pas tolérés".
  • Elle a ajouté que les organisations espéraient que la Maison-Blanche se conformerait à la loi Magnitski en fournissant un "rapport complet et final", mais "sinon, nous ne mettrons pas fin au combat".
  • Le sénateur Corker a pris sa retraite à la fin du mandat du Congrès, mais Menendez et six autres législateurs ont décidé jeudi de présenter le "Saudi Arabia Accountability and Yemen Act of 2019", qui imposerait des sanctions supplémentaires à l'Arabie saoudite.
  • Le projet de loi de l'année dernière a reçu un soutien bipartite, et l'itération de cette année l'a déjà été, avec la signature des sénateurs républicains Lindsey Graham et Todd Young.
  • Dans une déclaration à CNN jeudi, Menendez a indiqué qu'il avait peu confiance en la réponse de la Maison Blanche.
  • "L'administration Trump n'ayant aucune intention d'insister sur la responsabilité complète des meurtriers de M. Khashoggi, il est temps que le Congrès intervienne et impose des conséquences réelles pour réexaminer fondamentalement nos relations avec le Royaume d'Arabie saoudite et avec la coalition dirigée par l'Arabie saoudite. au Yémen ", a déclaré Menendez.

Des discussions[modifier]

Pages liées[modifier]

Les références[modifier]