L’Église catholique peut éliminer les abus sexuels. Mais a-t-il la volonté d'agir?

De Zee.Wiki (FR)
Aller à : navigation, rechercher

L’Église catholique peut éliminer les abus sexuels. Mais a-t-il la volonté d'agir?[modifier]

Il
  • Le pape François sait comment faire les gros titres - et pas toujours dans le bon sens.
  • La semaine dernière, à bord de son vol de retour des Émirats arabes unis, quand il a été informé des informations faisant état d'agressions sexuelles de religieuses par certains prêtres et évêques, Francis a évoqué un cas dans lequel le pape Benoît XVI avait dissous un ordre de religieuses "à cause d'un certain esclavage de femmes. s’étaient infiltrés jusqu’à l’esclavage sexuel de la part du clergé ou du fondateur. "
  • Un porte-parole du Vatican a déclaré que les commentaires du pape faisaient référence à un petit groupe de sœurs françaises, les sœurs contemplatives de Saint-Jean.
  • Mais l'utilisation par le pape de l'expression "esclavage sexuel" est ce qui a soulevé plus que quelques sourcils. Le porte-parole du Vatican a précisé par la suite que François "parlait d '" esclavage sexuel "pour parler de" manipulation "ou d'un type d'abus de pouvoir qui se traduit par un abus sexuel".
Il
  • Cet éclaircissement n'a guère contribué à atténuer la crise en spirale qui continue de submerger l'Église catholique mondiale - une crise que certains commentateurs ont considérée comme la menace la plus sérieuse pour l'église depuis la Réforme du XVIe siècle. Rome brûle et le sexe attise la conflagration.
  • L’église a rarement bien traité les problèmes de sexualité humaine. Malgré de nobles documents, tels que "La théologie du corps" de Jean-Paul II, il manquait de directives pratiques et utiles pour négocier les réalités et les complexités de la sexualité humaine. Les pieuses platitudes ont échoué dans leur tentative de faire face à une culture sexualisée qui crie au sexe dans presque toutes les publicités, émissions de télévision, films et applications de rencontre.
  • Les prêtres, comme tout le monde, veulent avoir des relations sexuelles. Nous voulons être touchés. Nous voulons être désiré. Afin de renoncer à ces impulsions naturelles, nous utilisons des mécanismes d'adaptation pour compenser les pulsions sexuelles. Nous le faisons dans l'intérêt d'un "bien supérieur", mais ne nous leurrons pas, c'est naturel ou facile - ou que parfois nous n'échouons pas.
  • La prière, le renoncement à soi-même, le jeûne et l'évitement direct peuvent être des antidotes efficaces contre le désir sexuel, mais le charme de l'intimité et du toucher humains est si fort que seule une confrontation honnête avec les défis qu'elle présente peut éventuellement permettre de surmonter les pièges. La répression et la répression sont employées à un prix, et ce prix doit être reconnu et payé.
  • Les problèmes d'abus sexuel sont bien sûr séparés de la lutte pour intégrer sa sexualité de manière saine et productive. Un abus sexuel se produit lorsque l'illusion de pouvoir et de domination corrompt sa sexualité et inflige le résultat à quelqu'un d'autre par des actes de violence ou de domination. Les abus sexuels ne résultent pas du célibat. C'est le résultat d'une pathologie qui afflige les célibataires comme les non-libéraux.
Catholiques dans les bancs, déchaînez votre colère
  • Certaines religieuses (religieuses et religieuses) ont été victimes de cette pathologie incarnée par certains membres du clergé. Les femmes religieuses ont longtemps été considérées comme des citoyens de deuxième classe dans la hiérarchie de l'église. Ils ont été la force de travail, effectuant souvent un travail subalterne. Dans certaines communautés religieuses, les soeurs servaient le dîner "Père" et maudissaient ses chaussettes. Il n’est pas difficile de voir comment une telle misogynie systémique peut conduire à l’assujettissement et à des abus.
  • Bien que cette perception des femmes religieuses ait certainement évolué aux États-Unis et dans d'autres pays occidentaux où ces femmes ont fait d'énormes progrès sociaux et ecclésiaux, la perception de la religieuse sœur (et même de la femme) comme inféodée existe toujours dans de nombreuses cultures.
  • Il ne fait aucun doute que le cléricalisme, ou le maintien du privilège et du pouvoir de la hiérarchie religieuse, et le patriarcat sexiste de l'église ont également contribué aux actes odieux de certains membres du clergé qui ont abusé sexuellement de religieuses. L'église doit posséder sa complicité dans ce comportement illégal et immoral. Elle doit réparer et prendre des mesures pour que les abus sous toutes leurs formes soient supprimés de l'église. Mais cela exige un changement structurel fondamental qui a jusqu'ici échappé à la hiérarchie.
  • Certains suggèrent que le célibat obligatoire augmente les occasions d'abus sexuel. Bien que je sois en désaccord avec cette évaluation, je pense que le célibat forcé peut certainement aggraver le problème des abus s'il existe également d'autres facteurs contribuant à l'agresseur potentiel, tels que l'isolement, un développement psycho-sexuel retardé, un détournement du pouvoir et le narcissisme.
  • Certains espéraient que le pape pourrait amener l'église à envisager le célibat optionnel pour les prêtres. Beaucoup pensent que cela enlèverait le voile du secret qui enveloppe la vie sexuelle de certains prêtres.
  • Les espoirs d'un changement dans la discipline d'église du célibat obligatoire ont été anéantis récemment, quand, dans son avion revenant du Panama au Vatican, Francis a déclaré que le célibat pour les prêtres était un "don pour l'église" et non "facultatif". (Bien qu'il ait semblé laisser la porte ouverte aux prêtres mariés dans des "lieux reculés" où il y a une nécessité pastorale.)
  • Inscrivez-vous à notre nouvelle newsletter.
  • Rejoignez-nous sur Twitter et Facebook
  • Le problème est que la nécessité pastorale existe maintenant partout. Si ce n’est pas une nécessité pastorale de manquer de membres du clergé, c’est une nécessité pastorale de vivre des vies authentiques et honnêtes. Certains prêtres ne veulent pas (ou ne peuvent pas) être célibataires. Tant qu’il n’existe aucune option pour ces hommes, certains peuvent agir d’une manière destructive et contraire aux valeurs évangéliques qu’ils déclarent embrasser. L'église peut et doit aider à contrecarrer de tels choix délétères. Il a le pouvoir de le faire. Mais a-t-il la volonté?
  • La tradition veut qu'en l'an 64, l'empereur Néron joua du violon pendant que Rome brûlait. Il reste à voir si le pape François et sa curia peuvent éteindre les flammes, ce qui s'avère tout aussi destructeur pour leur église bien-aimée.

Des discussions[modifier]

Pages liées[modifier]

Les références[modifier]